Share/Bookmark

Version française

Next seminars

 12-09-2017 : Peut-on rendre compte de la complexité ? /
Hervé COVES, Agronome, Franciscain, Vice-président de l'Aspro PNPP (ASsociation pour la PROmotion des Préparations Naturelles Peu Préoccupantes)

A suivre Follow on Twitter

Thematic directory Agropolis

Download the agronomy thematic file " n° 12 (July 2010, 68 p.) 2nd Edition 2012
Browse

agronomy thematic file

High resolution (8,4 Mb)

Low resolution (2,7 Mb)

Contacts

Sandrine Renoir
(UMR System), assistant for the seminar organization
sandrine.renoir@cirad.fr

Agroecology seminar mail
seminaire-agroecologie@agropolis.fr

Twitter latest news



 

A monthly rendez vous

Scientific animation on Agroecology - Ecological intensification of cropping systems

Several joint agricultural research units in Montpellier from CIRAD, INRA, IRD and SupAgro have initiated a monthy cycle of seminars and debates, in partnership with Agropolis International, around ecological intensification of cropping systems.

 

 

 

 

Next seminar :

Peut-on rendre compte de la complexité ? / Hervé COVES, Agronome, Franciscain, Vice-président de l'Aspro PNPP (ASsociation pour la PROmotion des Préparations Naturelles Peu Préoccupantes)

Date: 12-09-2017, de 10:00 h à 12:00 h, Amphithéâtre Louis Malassis, Agropolis International, Montpellier, France
A partir de l'étude des écosystèmes sauvages, il expérimente et propose des itinéraires de culture naturels, économes et sobres en intrants, généreux et abondant en vie. De tradition sprirituelle franciscaine, c'est un amoureux inconditionnel du vivant.

Résumé de l'auteur : "En cherchant à étudier les systèmes agricoles, comme on étudierait des écosystèmes naturels, l'ingénieur que je suis s'est trouvé confronté à une limite conceptuelle. Habitué à analyser dans le détail, je n'avais pas à ma disposition des outils qui me permettent de voire des choses plus larges, plus complexes. Et autour de moi, je voyais souvent cela : des chercheurs passionnants et passionnés chacun spécialistes d'un domaine près pointu, mais rarement des personnes ayant une vision plus large du système.

Lorsque dans ma carrière, je me suis intéressé au monde mystérieux des mycorhizes, j'ai bien-sûr commencé à regarder dans le détail, à étudier la façon dont mes plantes se connectent aux champignons. Puis je me suis rendu compte que ces mêmes champignons se connectent à d’autres plantes, d'autres milieux, d'autres communautés bactériennes, d'autres matières en décomposition.

J'ai découvert une plante reliée à 42 espèces de champignons. Il m’a fallu réfléchir à la façon de rendre compte de l'activité de 42 réseaux simultanément, agissant ensemble sur la plante que j'étudiais... et tout cela avec un budget en diminution !

Un parcours étonnant allait ainsi débuter, remettant bout à bout plusieurs pièces de mes puzzles favoris, je me suis mis à imaginer, à rêver même, en rencontrant une abondante littérature qui m'était jusqu'à ce jour inconnue : Joël DE ROSNAY, André LEROY GOURHAN, Gregory BATESON, Edgar MORIN ou Alain BERTHOZ.

Je me suis aperçu qu'ils peinaient tous à rendre compte du monde complexe, mais qu'ils s'accordaient tous à dire que, la façon dont j'observe le vivant n'en rend pas beaucoup mieux compte ! Ils m’ont aussi appris qu’il n’est pas impossible de présenter simplement des choses complexes, et d’inventer de nouveaux regards, de générer de nouvelles connaissances.

NON, on ne peut pas rendre compte de la complexité, c'est pour cela que nous allons apprendre la simplexité : rendre discernable ce qui est noyé dans le flou !

La Vie est belle"


Seminar flyer

 

 

Former conferences 2011 - 2016

Ecohydrologie et ingénierie écologique pour une meilleure gestion des flux d’azote à l’échelle des paysages en Asie du Sud Est / Didier Orange, IRD ,UMR Eco&Sols, Montpellier, France

Date: 06-06-2017
Durant 15 ans, un petit bassin versant agricole sur pente de 5 km2 dans le Nord Vietnam a fait l’objet de mesuresn environnementales continues (réseau SOERE-MSEC). L’intérêt de cette zone d’étude est d’avoir subi une succession rapides de changements d’usages, entre couverture totale des pentes par du manioc à de la forêt plantée d’acacia mangium, avec de la riziculture de bas de pente et un développement important de l’élevage porcin. On observe que les transferts d’eau et de matières sont fortement impactés en quantité et qualité par un nombre important de facteurs inhérents aux pratiques, usages, climat et politiques,dans des échelles d’espace et de temps diverses et imbriquées.On démontre que les nutriments sont fortement mobiles le long du profil, impactant les eaux de bas de pente en fonction des couverts et pratiques agricoles sur les pentes. Tous ces éléments militent pour une approche holistique de la dynamique des flux d’azote, en relation directe avec les problématiques de production de l’agriculteur et d’aménagement du territoire géré par l’entité régionale.C’est dansce sens que l’innovation technologique autour du biodigesteur a été considérée comme vecteur d’actions incitatives pour contribuer à une bonne gouvernance des flux azotés à l’échelle du paysage, associant ingénierie écologique et approche écohydrologique.

Les infrastructures agro-écologiques au sein du réseau « Biodiversité et Agriculture » : croisement des points de vue et valorisation pédagogique / Hélène Gross, Chargée de mission biodiversité et Agro-Ecologie à l'Acta

Date: 18-04-2017
Labellisé en janvier 2014, le réseau mixte technologique « Biodiversité et Agriculture » (RMT) fédère des acteurs de la recherche, du développement, du conseil et de la formation autour des outils et méthodes d’évaluation de la biodiversité dans les territoires agricoles et des services rendus en termes de régulation naturelle des bio-agresseurs et de pollinisation. Ce réseau englobe 71 structures françaises parmi lesquelles des instituts techniques, des chambres d’agriculture, des lycées agricoles, des unités de recherche, des associations…La présentation se centre sur la manière dont les différents acteurs du réseau appréhendent les éléments semi-naturels présents dans les espaces agricoles (haies, bandes enherbées…), et désignées ici sous le terme d’infrastructures agro-écologiques (IAE). Partie intégrante des systèmes agricoles pour les uns, réservoirs de biodiversité ou supports de services écosystémiques pour les autres, l’implantation et la gestion des IAE sur les territoires amènent les acteurs à confronter leurs représentations et appréhender la diversité d’entendement du concept.

Pour aider les conseillers agricoles, les animateurs territoriaux et les enseignants à « parler » des IAE et des enjeux qu’elles soulèvent, le RMT a conçu un kit pédagogique, construit à partir de l’expérience d’une exploitation réelle de polyculture-élevage 100% bio depuis 2001, et engagée dans une transition agro-écologique depuis le début des années 1990. Le rattachement à un cas réel est l’occasion de confronter les décisions prises dans le temps par les techniciens en charge du domaine et les apprenants.
Centré autour d’un jeu de plateau, de rôle, collaboratif, ce kit illustre le potentiel de la pédagogie active pour appréhender des phénomènes complexes au cœur des démarches pluri-acteurs.

Protection agroécologique des cultures : une déclinaison de l'écologie à la protection des cultures / Jean-Philippe Deguine (Cirad), Jean-Noël Aubertot (Inra)

Date: 15-03-2017
Dans différentes régions du monde, il existe une tension forte entre d'une part, des objectifs de production agricoles quantitatifs et qualitatifs, et d'autre part des objectifs de préservation de la santé humaine et de la biodiversité, via la limitation de l'utilisation des pesticides. Le concept de Protection AgroÉcologique des Cultures (PAEC) a émergé récemment. Il propose de renouveler fortement les postures, tant dans le monde scientifique que dans le monde agricole, en déclinant un ensemble de concepts et de méthodes issu de l'écologie à la protection des cultures. Le séminaire rappellera les enjeux de la protection des cultures, présentera les axes et les piliers de la PAEC, des applications concrètes pour différents agroécosystèmes, ainsi qu'un ensemble de dynamiques collectives sur le concept : ouvrages collectifs, articles scientifiques, modèles qualitatifs permettant de valoriser les savoirs experts, écoles-chercheurs internationales, et modules de formation en ligne. --

La parole à « ceux qui font » / Jean François Lyphout, paysan engagé dans la « guerre de l’ortie »

Date: 14-02-2017

Depuis les années 80, JF Lyphout expérimente et utilise sur son exploitation maraichère et horticole des extraits végétaux comme biostimulants et alternative à l’usage des pesticides de synthèse. Il faudra toutefois attendre plusieurs années d’essais et de mise au point pour maîtriser la production de la gamme d’extraits végétaux qu’il propose aujourd’hui à la vente sous la marque F’ortiech: purins d'ortie, de consoude, de fougère, de sauge, de rhubarbe, de prêle et des extraits d’ail. Ces produits sont majoritairement utilisés par les professionnels (90% en culture conventionnelle) et par les collectivités locales.

Séminaire agroécologie Montpellier 14.02.2017 : Jean François Lyphout, paysan engagé dans la "guerre de l'ortie" publié par agropolis International sur la chaîne Vimeo agroécologie Montpellier.



De 2004 à 2014, la « guerre de l’ortie » menée par les associations défendant la reconnaissance des alternatives aux pesticides du domaine public (Vinaigre blanc, argile, extraits végétaux…) a récemment permis la classification d’une petite partie de ces produits en tant que biostimulants tolérés à la vente (sous certaines conditions) et à l’utilisation. En 2006, le collectif de défense ‘Ortie et Compagnie’ change de nom pour devenir l’ASsociation pour la PROmotion des Préparations Naturelles Peu Préoccupantes (ASPRO PNPP). Cette association est présidée par M. LYPHOUT depuis 2009. ASPRO-PNPP regroupe plus de 90 associations (amis de la terre, Nature et Progrès, …), des particuliers, une centaine d’entreprises privées (jardineries, horticulteurs), ainsi qu’une quarantaine de collectivités territoriales.

Etablie sur deux décennies de pratiques et de retours d’expériences en réseau, l’utilisation des PNPP permet d’améliorer la rusticité des cultures, réduire l’usage des insecticides et fongicides de synthèse et des engrais. Les PNPP concourent ainsi à la triple perspective de réduire la dépendance des producteurs aux pesticides de synthèse, améliorer le revenu de l’agriculteur et protéger la santé des consommateurs.


See the seminar video "La parole à « ceux qui font » "
See video 2 - Question to Jean François Lyphout, paysan engagé dans la « guerre de l’ortie »

La parole à "ceux qui font" / Nicolas Brahic, éleveur agro-forestier à St Maurice de Navacelles

Date: 10-01-2017

Séminaire agroécologie Montpellier du 10.01.2017 : La parole à "ceux qui font" publié par agropolis International sur la chaîneVimeo agroécologie Montpellier.

Sur le domaine de « terres libres », Nicolas Brahic a conçu un système d’élevage biologique original pour la production de cochons de lait. Sur 80 ha de parcours gagnés sur les landes à buis, l’alimentation à base d’herbes et de racines sera complétée par des larves de Coléoptères saproxyllophages élevées sur du broyat de broussaille fermentée. Adossée à cette exploitation agricole, la SAS BUXOR est une entreprise créée pour valoriser les broussailles, et gérer les paysages ruraux menacés de fermeture par les espèces envahissantes, à l’exemple du buis dans le Larzac. Inspiré du bio-mimétisme, le matériel développé pour « récolter » le buis, permet de prélever la broussaille tout en respectant le système racinaire. Fermentés, les broyats produits ont de multiples usages tels la production de protéines animales pour nourrir des animaux d'élevage, et pourquoi pas l'Homme, l’aggradation de sols dégradés ou encore le chauffage des bâtiments d’élevage.Le système d’élevage mis au point est d’ores et déjà validé par les grands chefs qui apprécient la qualité de la viande produite tels Marcon père et fils, Alain Ducasse ou encore Joël Robuchon. L’utilisation des broyats de broussailles pourrait être adaptée à d’autres contextes agricoles, du Nord comme des Suds et c’est pour collaborer à ces nouveaux développements que Nicolas sollicite notre communauté de chercheurs. Au travers de séminaires/débats, des unités de recherche en agronomie de Montpellier (Cirad, Inra, Ird et Montpellier SupAgro) vous proposent, en partenariat avec Agropolis International, une animation collective transversale mensuelle autour de l'intensification écologique des systèmes de culture.


See the seminar video "La parole à "ceux qui font" "
See video 2 - Question to Nicolas Brahic, éleveur agro-forestier à St Maurice de Navacelles

Des systèmes horticoles autrement – Perspective historique et réflexions sur les évolutions en arboriculture fruitière / Pierre-Eric Lauri (UMR System-Inra)

Date: 06-12-2016

Des systèmes horticoles autrement – Perspective historique et réflexions sur les évolutions en arboriculture fruitière publié par agropolis International sur la chaîne Vimeo Agroécologie Montpellier.


La conduite des arbres fruitiers reste très marquée par les principes formalisés par les jardiniers des palais royaux autour du 17ème siècle. Cette volonté de ‘contrôler la nature’ s’est accentuée au lendemain de la seconde guerre mondiale avec la dépendance croissante de l’arboriculture aux intrants (eau, azote …) et produits phytopharmaceutiques (insecticides, fongicides, herbicides…).
En prenant pour exemple le pommier, j’illustrerai comment l’évolution concomitante de la législation, des pratiques et de la demande des consommateurs a orienté les programmes de recherche en arboriculture fruitière au cours des trois dernières décennies.

Des travaux spécifiques, originaux sur le plan international, ont notamment été développés pour une meilleure maitrise de la production en verger et réduire l’incidence des bio-agresseurs.
Au-delà de l’arbre fruitier lui-même, c’est également la vision du verger classique, une seule espèce et le plus souvent une seule variété par parcelle, qui est questionnée.
Des collaborations interdisciplinaires permettent actuellement de concevoir des systèmes agroforestiers afin de conjuguer les services de production (fruit, bois, maraichage…), de support (fixation d’azote…) et de régulation des bio-agresseurs.
Les réflexions et initiatives actuelles, encore au stade expérimental, sont menées en lien avec le monde professionnel. Elles devront nécessairement s’inscrire dans une réflexion plus large sur l’intégration de tels systèmes plurifonctionnels dans les filières de production et la société.


See the seminar video "Des systèmes horticoles autrement – Perspective historique et réflexions sur les évolutions en arboriculture fruitière"
See video 2 - Question to Pierre-Eric Lauri (UMR System-Inra)

Les micro-organismes au service du développement durable / Pierre Christen — IRD Marseille

Date: 10-11-2016

Séminaire agro-écologie du 10.11.2016 : Les micro-organismes au service du développement durable / Pierre Christen, IRD publié par agropolis International sur la chaîne Vimeo Agroécologie Montpellier.

Les micro-organismes sont apparus sur terre il y a 3.8 milliards d’années environ. Très diversifiés (bactéries, levures,champignons, algues), ils ont colonisé tous les écosystèmes dans lesquels ils jouent un rôle capital d’usines biochimiques. Les plus bénéfiques sont les micro-organismes efficaces (effective micro-organisms ou EM), constitués principalement des bactéries phototrophes, lactiques, fixatrices d’azote, des actinomycètes, des levures et des champignons filamenteux. La technologie des EM développée au Japon par le Pr Higa dans les années 80 consiste à les cultiver puis à les appliquer en mélange compatibles, dans des domaines aussi divers que l’agriculture, l’élevage, la récupération de sols dégradés, voire même la santé humaine, etc. Actuellement utilisés avec succès par des paysans en Asie du Sud Est et en Amérique Centrale et du Sud, les EM permettent de réduire les besoins en intrants conventionnels, mais peu d’études scientifiques et socio-économiques viennent étayer ces résultats empiriques.


See the seminar video "Les micro-organismes au service du développement durable"
See video 2 - Question to Pierre Christen — IRD Marseille

From Uniformity to Diversity: A paradigm shift from industrial agriculture to diversified agroecological systems / Emile Frison, Member, IPES-Food Panel

Date: 06-10-2016

A report by the International Panel of Experts on Sustainable Food Systems (IPES-Food)



Séminaire agro-écologie Montpellier 06.10.2016 : 'From Uniformity to Diversity'/ Emile Frison, Member, IPES-Food Panel from agropolis International on the group Vimeo Agroecologie Montpellier.


Many of the key problems in food systems are linked specifically to industrial agriculture: uniform crop monocultures relying on chemical fertilizers and pesticides, industrial feedlots (the infamous "CAFOs") using preventive antibiotics. This form of agriculture is generating negative outcomes on multiple fronts: widespread degradation of land, water and ecosystems; high GHG emissions; biodiversity losses; persistent hunger and micro-nutrient deficiencies alongside the rapid rise of obesity and diet-related diseases; and livelihood stresses for farmers around the world.

In contrast, diversified agroecological farming can deliver simultaneous and mutually-reinforcing benefits for productivity, the environment and society. These alternative systems deliver strong and stable yields over time by building healthy ecosystems where different species interact in ways that improve soil fertility and water retention. They perform particularly strongly under environmental stress and deliver production increases in the places where additional food is most needed. These systems have major potential to keep carbon in the ground, increase resource efficiency and restore degraded land, turning agriculture from a major contributor to climate change to one of the key solutions. Diversified agriculture also holds to key to increasing dietary diversity at the local level, as well as reducing the multiple health risks from industrial agriculture (e.g. pesticide exposure, antibiotic resistance).

The report identifies eight powerful “lock-ins” which, despite increasing evidence of the benefits of diversified agroecological farming keep the currently dominant paradigm in place.The report also identifies a series of modest steps that could collectively shift the centre of gravity in food systems.

IPES-Food report (02.06.2016): From Uniformity to Diversity:A Paradigm Shift from Industrial Agriculture to Diversified Agroecological Systems
Lien vers le rapport et ses synthèses : http://www.ipes-food.org/reports


See the seminar video "From Uniformity to Diversity: A paradigm shift from industrial agriculture to diversified agroecological systems"
See video 2 - Question to Emile Frison, Member, IPES-Food Panel

Allies in the trees / J.-F. Vayssières & al - Cirad, UR HORTSYS

Date: 06-09-2016
In Africa, fruit trees form an important but unfortunately neglected component of people’s lives.

Séminaire agroécologie Montpellier du 06.09.2016 : Allies in trees / Jean-François Vayssières , Cirad, UR HORTSYS publié par Agropolis International sur la chaîne Agroécologie Montpellier.



Mango is a staple crop and a fundamental source of nutrition for rural populations living in West Africa with more than 70% of the mango crop depreciated by pests. The conservation biological control has great promise as a component of low cost sustainable pest management for smallholders.

Societies of weaver ants (Oecophylla spp.) are arboreal ants, territorially-dominant and their populations build large nests in trees. Societies of Oecophylla longinoda are very populous and have polydomus colonies. They require thick vegetation, especially perennial species, usually with an interconnected canopy to provide nesting sites and foraging areas. Several papers reporting work conducted has highlighted how O. longinoda could provide a way of reducing the massive losses to mangoes caused by fruit fly (Diptera Tephritidae) and improve fruit quality. We also recorded same positive results on citrus trees towards fruit flies and cashew trees towards sucking bugs (Hemiptera Alydidae, Coreidae, Miridae).

Generalist predators such as the weaver ant, O. longinoda (Latreille), play an important role as predators in sub-Saharan African orchards and by extension also in forest and savanna ecosystems. Several other examples can support this assertion through different countries as Benin, Ghana, Senegal and Tanzania. The next step will be to help all Africa’s farmers in appreciating this beneficial ant and training them in managing ant colonies. Protection of tropical forests and savannas is ecologically and environmentally crucial and also essential for the protection of O.longinoda and so,African farmers.

Questions à Jean-François Vayssières, Cirad, UR HORTSYS - Séminaire agroécologie Montpellier, 06.09.16 publié par Agropolis International sur la chaîne Agroécologie Montpellier.


See the seminar video "Allies in the trees"
See video 2 - Question to J.-F. Vayssières & al - Cirad, UR HORTSYS

Development Ethics or How and Why to Evaluate Paradigms of Development / Lori Keleher — New Mexico State University Department of Philosophy, USA

Date: 07-06-2016

Montpellier Agroecology Sem. 07/06.2016: Development Ethics /Lori Keleher, New Mexico State University publié par agropolis International sur la chaine Agroécologie Montpellier.


Development Ethics, or the ethical reflection on the ends and means of development (Crocker 1998), is an increasingly popular field. The roots of development ethics can be traced back to the 1940s, but the phrase “Development Ethics” was first used in the 1970s by the American philosopher, Denis Goulet (who was heavily influence by French economist Louis-Joseph Lebret). Goulet set the agenda for much of development ethics in 1971 when he introduced the critical distinction between worthwhile development and ethically unacceptable mal-development. To assert definitively what qualifies as worthwhile development vs. mal development within development would be to beg a central question of development ethics. But there is general agreement among development ethicists that worthwhile development promotes human well being, and that mal development diminishes well being. Thus, a situation in which GDP rises, but human well being is diminished would be considered mal development.
My presentation begins with a brief introduction to the field of development ethics, followed by a similarly brief explanation of the role of the philosopher within development ethics. I then provide a demonstration of the philosopher at work in development ethics by engaging the concept of “development.” I examine three distinct paradigms of development: (1) the economic growth approach, (2) utilitarianism (as well as its contemporary manifestation Happiness Economics), and (3) the Capability Approach. I submit that the Capability Approach offers a superior approach to development.
I conclude by asking those in attendance to join me in a reflective discussion about the ethical dimensions of the ends and means at work in contemporary agronomics.


Questions à Lori Keleher, New Mexico State University Department of Philosophy, USA publié par Agropolis International sur la chaîne Agroécologie Montpellier.


See the seminar video "Development Ethics or How and Why to Evaluate Paradigms of Development"
See video 2 - Question to Lori Keleher — New Mexico State University Department of Philosophy, USA

 

 

See the videos : http://vimeo.com/groups/agroecologie/videos

Organization

 

 


 
 

Update on 2/09/16

 


 

Extrait du site http://www.agropolis.fr/agronomy/seminar-agroecology.php